Les pirates nous fascinent, ces marins aventuriers (et hors-la-loi) qui sillonnaient les mers à la recherche de trésors ! Mais connaissez-vous les femmes pirates qui ont marqué l’histoire ? Partez à la découverte de ces femmes extraordinaires, qui auraient pu se joindre à l’équipage exclusivement féminin de La Reine Fougueuse !

.

.

Jeanne de Belleville, née vers 1300, jure de venger son mari lorsqu’il est accusé de traîtrise et exécuté par le roi de France Philippe VI. Avec des seigneurs de Bretagne ralliés à sa cause, elle se lance dans une guerre contre le roi et le successeur du duc de Bretagne, Charles de Blois.
Elle achète un bateau et fait la guerre aux navires de commerce français. Sa vengeance est si terrible qu’elle gagne le surnom de « Tigresse bretonne ». Elle finit par faire naufrage, se réfugie en Angleterre avec ses enfants et épouse Walter Bentley (lieutenant du roi d’Angleterre en Bretagne et capitaine des troupes anglaises qui combattent contre Charles de Blois).

.

.

Anne Bonny ou Anney, née vers 1700, est désavouée par son père, un avocat irlandais ayant fait fortune en Amérique, lorsqu’elle épouse le pirate James Bonny. Les époux s’installent à New Providence, une île des Bahamas connue pour être un repaire de pirates, où elle fait la connaissance du terrible pirate Jack Rackham, capitaine du Revenge, et de Mary Read. Puisque les marins pensaient que les femmes à bord portaient malheur, ces deux femmes pirates s’habillaient en homme pour intégrer les équipages superstitieux.

Anne Bonny et Mary Read

Mary Read, née vers 1690, s’est d’abord engagée dans l’armée britannique sous un nom masculin : Mark Read. Pendant son service, elle tombe amoureuse d’un maréchal des logis et doit quitter l’armée pour l’épouser. A la mort de son mari, elle repart naviguer, habillée comme un homme, et croise la route d’un bateau pirate, qu’elle décide de rejoindre. Alors qu’elle fait partie de l’équipe de Jack Rackham, elle rencontre Anne Bonny. Les deux femmes, partageant le même secret, deviennent amies et combattent ensembles les troupes de l’armée anglaise.

.

.

Née Shih Yang Gu, en Chine en 1775, Ching Shih était l’une des pirates les plus redoutées de tous les temps. En 1801, elle épouse le chef d’un groupe de pirates qui l’avait capturée, Zheng Yi, issu d’une longue lignée de boucaniers redoutables et redoutés. La flotte de Zheng Yi était com-posée de 300 navires, et ses forces armées comprenaient environ 30 000 hommes. À la mort de son époux, elle prend la tête de la flotte. La flotte de Ching Shih commet divers actes de piraterie, allant du simple pillage de navires marchands au sac de villages le long des rivières.

Anne Dieu-le-Veut, née en 1661, elle aussi originaire de Bretagne, était une pirate française émérite dont le nom faisait référence à sa nature incroyablement tenace. Elle arrive sur l’île de la Tortue, située dans les Caraïbes, durant les années 1670. Alors que la superstition veut qu’une femme à bord porte malheur, l’équipage de son mari considère Anne comme un porte-bonheur, et lui réserve sa part du butin. Décrite comme brave, dure et implacable, elle participe activement à la vie à bord, au commandement et aux combats aux côtés de son mari.

à découvrir en librairie

Les Aventures involontaires des soeurs Mouais – Hissez haut !

Délaissées par leurs parents, les deux jumelles Aubépine et Clémentine vivent à Morneville. Elles adorent leur petite routine insipide, brutalement interrompue le jour de leur kidnapping. Les voici en haute mer, prisonnières d’un équipage impitoyable de femmes pirates…

Découvrir

 

Plus d'articles